Suisse

Bienvenue

VOUS êtes :

  • une organisation dont la vocation première est sociale ou environnementale (quel que soit votre statut), située en « Suisse » (la langue principale de travail sera le français) ou sur la région frontalière française - à moins de 50 km de la frontière suisse (dans les départements de l’Ain, Haute Savoie, Jura, Doubs) qui existe depuis au moins un an.

VOUS voulez :

  • donner un coup d’accélérateur pour booster et professionnaliser votre organisation.

NOUS offrons :

  • un accompagnement professionnel personnalisé (sous forme de formation, coaching, échange de bonnes pratiques,...) sur cinq mois et la possibilité de gagner le Grand Prix Impact 2013.

S'inscrire et participer

Alors vous êtes probablement concerné par les questions de pérennisation de votre structure, de développement, de diversification de vos sources de financements, de mesure de l’impact social...

Participer au programme IMPACT peut vous permettre de travailler sur ces questions et de prendre du recul par rapport à l’urgence du quotidien.

Trois conditions pour vous inscrire :

  • Que votre organisation soit à vocation sociale ou environnementale

  • Que vous ayez lancé vos activités depuis plus d’un an

  • Que votre projet soit basé en Suisse ou en France voisine (50 km de la frontière suisse)

Si vous remplissez ces 3 conditions, n’hésitez pas à déposer votre candidature !

Comment participer ?

En remplissant votre dossier de candidatures en ligne sur ce site avant le 26 avril minuit.

Toutes les questions du formulaire d’inscription doivent être complétées.

Si votre candidature écrite est retenue, vous serez convié à un entretien début mai.

Critères de sélection

Nous évaluerons sur la base de 4 critères :

  1. Impact sociétal de l'organisation

  2. Faisabilité de la stratégie de développement

  3. Créativité dans la mobilisation des ressources humaines et financières

  4. Motivation des équipes


Ces choses que tout entrepreneur doit savoir…

L'entrepreneuriat, ça ne s’improvise pas. Se lancer à son compte n’est pas facile. Cela nécessite de nombreuses qualités que beaucoup de personnes n’ont pas. Qu’elles sont-elles ? Chaque année, des milliers de personnes se lancent dans l’entrepreneuriat. Hélas, à peine 10 % d’entre eux réussissent leur projet. La cause de l’échec massif des entrepreneurs n’est pas la conjoncture économique. Il s’agit presque toujours d’une très mauvaise préparation des futurs entrepreneurs. Créer son entreprise, c’est un peu comme se lancer à la ruée vers l’or. Sans préparation préalable, l’échec est garanti. La chance, comme le dit un proverbe brahman, aide parfois, mais le travail toujours. Il est donc crucial d’établir toutes les bases avant de se lancer. Avec le développement du net, il est plus facile de s’installer à son compte. Mais avant de monter son site, il est important de dresser un plan d’action cohérent.

Que signifie devenir entrepreneur ?

Entreprendre, c’est risquer ! Rien n’est jamais acquis ! Il est important de le garder en mémoire. Il n’est pas question de partir sur des bases négatives, bien au contraire. Comprendre que tout est possible, pousse à être raisonnable. Parlant une fois de plus de l’échec, il faut faire de ce proverbe russe sa devise : tomber est permis ; se relever est ordonné. Que se passe-t-il quand vous vous installez à votre compte ? Vous devenez indépendant. Vous pouvez prendre vos décisions tout seul, vous êtes votre propre chef et libre de faire ce que vous voulez, quand vous le souhaitez. En bref, vous êtes libre d’agir comme bon vous semble. Un tel degré de liberté enivre autant qu’une scène de http://www.and6.ch. Parallèlement, il faut réaliser que chaque mauvaise décision conduira à un échec que vous seul devrez assumer. On ne peut donc devenir entrepreneur si on n’est pas responsable.

Assurez-vous d’être psychologiquement prêt

Se mettre à son compte est un calvaire tant physique, financier que psychologique. Votre salaire dépendra de votre capacité à produire cet argent. On a l’impression qu’il est plus facile d’être entrepreneur qu’employé. C’est une aberration. La seule chose que l’employé est tenu de faire, c’est remplir une tâche concrète pour laquelle il a été recrute et réclamer son salaire à la fin du mois. L’entrepreneur, quant à lui, est tenu de faire de son mieux pour que la société dans laquelle il a investi son argent, soit rentable. Il en a besoin pour vivre décemment et éventuellement (s’il en a bien sûr) payer ses employés. La pression psychologique est donc extrême. Tant que l’entreprise fonctionne à merveille, ce poids semble léger. Toutefois, en cas d’échec, il faudra être en mesure de garder son sang-froid. On ne compte plus le nombre d’entrepreneurs qui mettent un terme a leurs jours après un échec. L’employé perd tout au plus son travail. L’entrepreneur perd aussi l’argent investi. Pour partir sur des bonnes bases, assurez-vous donc que vous pouvez compter également sur le soutien - au moins psychologique - de vos proches.